Euro 2016 : L'herbe était plus verte ailleurs

Les pelouses de l'Euro partent en lambeaux

Stade de France de Saint-Denis, Vélodrome de Marseille, Stade Pierre-Mauroy de Lille… Ceci n’est pas la liste des plus grands stades de France mais bien celle des pelouses les plus mauvaises de l’Euro. Mottes de terre, marquage de rugby visible, glissades, peinture verte pour cacher la misère, on a tout eu. Et on en aurait voulu moins. La qualité du jeu s’en est ressentie, et le monde du football n’a pu que vérifier la réputation des pelouses françaises mal entretenues. Mais à qui la faute ? Aux clubs de Ligue 1 ? Non, assurément, ils ne sont que victimes de la Ligue Football Professionnel et de l’UEFA. Les clubs se battent toute l’année pour améliorer la qualité de leurs pelouses. Le PSG a ainsi recruté un des « papes » anglais du domaine, Jonathan Calderwood, pour jouer la Champions League sur un terrain digne du standing de l’institution qatarie. Le FC Lorient a lui opté pendant 6 ans pour une pelouse synthétique, beaucoup plus simple à entretenir. Après avoir fait ce choix, on peut même se demander pourquoi le club breton est revenu à une pelouse classique à l’aube de cette nouvelle saison de championnat. A se demander si les dirigeants du club ont regardé l’Euro 2016…

Alors, à qui la faute ? A mon avis, le coupable de cette organisation ridicule n’est autre que l’UEFA. Si la réception de la compétition par la France a été une réussite totale, avec une ferveur populaire magnifique que l’on avait pas vu depuis 1998, l’organisation par l’UEFA laisse elle à désirer. Les villes françaises ont accueilli des centaines de milliers d’étrangers un mois durant ( 2 427 303 spectateurs dans les stades d’après l’UEFA ), et très peu d’aménagements n’ont été fait. Pour la sécurité, si. Mais pas pour l’organisation de l’événement. Pourquoi ne pas programmer une plus grande fréquence de transports en commun le jour des matchs ? Comment peut-on laisser entrer en France des hooligans anglais et russes fichés dans leurs pays ? Pourquoi changer la pelouse du Stade de Lille avant la compétition ?

Un pelouse peinte

Une dernière question qui montre le ridicule de la situation. On en viendrait presque à se demander si la seule préoccupation des instances européennes et mondiales du football n’est pas se remplir les poches d’argent sale.

Revenons sur la pelouse de Lille. Pelouse correcte de la Ligue 1. Sans plus. Mais pas catastrophique. L’UEFA décide alors de la changer après la saison, en apportant une pelouse de Slovaquie. Transport compliqué. La pelouse gèle pendant le trajet. Une fois posée, elle part en lambeaux, les mottes de terre volent à chaque appui. Un véritable « champ de patate ». Bien pire que la précédente. De la télévision, elle paraît marron, grise, tout ce qu’elle ne devrait pas être. C’est là que l’on atteint le summum du ridicule. Le pelouse est peinte en vert avant le match France-Suisse du 19 juin. Des litres de peinture sont déversés sur la terre qui compose une pelouse alors digne de la CFA.

C’est catastrophique et inadmissible

Pour cacher la misère à la télévision. Et oui, l’UEFA préfère garder son peu de crédibilité auprès des téléspectateurs plutôt que d’assurer l’entretien de l’outil de travail des joueurs. Résultat : Un nombre de joueurs impressionnant trébuche, perd ses appuis, glisse. De Pogba à Griezmann, en passant par Shaqiri, le terrain ne les a pas épargné, malgré le port de crampons spéciaux pour la rencontre. Après le match, les Bleus font part de leur mécontentement légitime, avec des commentaires peu élogieux : « C’est catastrophique ! C’est grave de jouer sur des terrains comme ça ! Le Stade de France c’était mauvais, le Vélodrome c’était pas bon, mais là c’est inadmissible ! », déclare Patrice Evra après le match contre la Suisse. La pelouse est de nouveau changée. Cette fois, elle est importée des Pays-Bas. Elle est de meilleure qualité que la précedente, mais son installation est sommaire. Une pelouse, pour obtenir une qualité digne des billards anglais, doit être laissée pousser un mois après la pose. Pour former les racines. Et avoir un terrain propre et résistant. Celle-ci n’est laissée que quelques jours, faute de matches. Et même si l’amélioration est visible lors des rencontres suivantes, on est loin d’obtenir une belle pelouse, à la hauteur de l’événement.

A Marseille, la pelouse sur laquelle a évolué l’OM toute la saison n’est pas changée. Mais elle ne vaut pas mieux que celle de Lille. Le problème est aussi la qualité des pelouses toute la saison en Ligue 1. On parle d’un championnat avec très peu de spectacle et de jeu. Serait-ce le problème principal ? Lorsque l’on voit les pelouses des clubs de bas de tableau d’Angleterre, on ne peut que rougir de honte. Seuls deux des trois plus grands clubs de France, le PSG et l’OL ont montré des pelouses au niveau de l’événement cette année. Le Parc des Princes et le Parc OL au niveau des stades de Watford ou Norwich City ! C’est magnifique ! Mais on attend mieux d’un des cinq grands championnats européens.

Retour à l'accueil